Vous êtes ici : Formation continue à l'UVSQFormation continueVous êtes un particulierNos atouts et référencesTémoignages

Stéfany LESEC : « l’obtention du master me rend plus attractive sur le marché du travail »

Stéfany LESEC, diplômée UVSQ - Master 2 en Gestion des Ressources Humaines

Après 25 ans d’expérience professionnelle, Stéfany LESEC a repris ses études et vient d’obtenir un master 2 en Gestion des ressources humaines à l'Institut Supérieur de Management de l’UVSQ. Cela lui permet d’être « plus attractive sur le marché du travail ».

Quel était votre parcours et votre situation professionnelle, avant de vous décider à reprendre vos études à l’UVSQ ? Quelles étaient vos motivations personnelles et professionnelles ?

Je suis entrée dans la vie active il y a environ 25 ans et j’ai débuté ma carrière en tant qu’Assistante de Direction. Désireuse de me professionnaliser dans les ressources humaines, j’ai obtenu ma licence professionnelle GRH dans le cadre d’un FONGECIF en 2007 au sein de l’Institut Supérieur de Management de l’UVSQ (j’avais 34 ans). Fin 2008, j’ai intégré un groupe, leader dans la distribution de produits d’hygiène professionnelle en tant qu’Attachée du Directeur Général.
En 2012, j’obtiens une mobilité au sein de ce même groupe et occupe le poste tant attendu de Responsable Ressources Humaines sur le périmètre de la Holding du Groupe.
Pour gagner en légitimité dans ma fonction, mais aussi pour maintenir mon employabilité, je me suis finalement décidée à suivre un cursus universitaire pour obtenir le M2 Gestion des Ressources Humaines. C’est néanmoins le Directeur Ressources Humaines du groupe qui a été à l’initiative de ma démarche, et qui m’a fait prendre conscience que le Master 2 était nécessaire ne serait-ce que pour acquérir et développer une vision stratégique du métier des ressources humaines au sein des organisations.

En septembre 2017, vous reprenez vos études en Master 2 Gestion des ressources humaines / administration du personnel à l’Institut Supérieur de Management de l’UVSQ. Comment s’est passée cette année d’étude ?

L’année universitaire s’est très bien passée dans la mesure où je ne me suis jamais sentie « différente » des autres, que ce soit de la part du corps professoral que des étudiants. J’ai tout de suite été considérée comme une étudiante à part entière.

Néanmoins, le retour à l’université est légèrement angoissant, je ne vais pas le cacher. Nous retournons dans l’inconnu avec une multitude d’interrogations. Est-ce que je suis à la hauteur des attentes d’un enseignant à 45 ans ? Comment vont réagir les étudiants de ma promo ?

Mais finalement il se traduit par des partages au quotidien de toutes les parties prenantes. Les enseignants partagent leurs savoirs et leurs recherches, les étudiants partagent leurs connaissances théoriques et moi je leur partageais mon expérience !

Vous avez obtenu votre diplôme de master 2 en juin 2018. En résumé, que vous a apporté cette reprise d’étude ? Est-ce que cela a répondu à vos attentes ? Qu’avez-vous le plus apprécié pendant cette année ?

L’obtention du Master 2 devrait me rendre indéniablement plus attractive sur le marché du travail. Mais outre mon employabilité, il est certain que le suivi de ce cursus a développé chez moi des capacités d’analyses, de concentration et de rédaction.
Les études de cas, mais surtout l’élaboration et la rédaction du mémoire de fin d’études sont des travaux qui permettent de les mettre en œuvre !

Par contre, même si je suis désormais « en vacances », j’ai une envie qui a surgi de découvrir d’autres ouvrages spécialisés en ressources humaines et parfaire ainsi les connaissances que j’ai acquises dans le cadre du Master 2.

Indéniablement, le niveau du Master 2 GRH à l’UVSQ est très élevé et n’a vraiment rien à envier à d’autres universités.

Avez-vous des conseils à donner à d’autres personnes qui envisagent comme vous de reprendre leurs études ?

Je leur conseille de foncer ! Mais de s’y être bien préparé au préalable ! Tout d’abord parce que c’est une véritable expérience humaine, et intergénérationnelle !
Néanmoins, c’est une année où nous mettons notre vie personnelle entre parenthèse. Il faut être soutenu par sa famille, c’est une décision qui doit être partagée avec tous les membres de sa famille (conjoint, enfant, etc.) : la charge de travail est telle que j’ai eu envie à plusieurs reprises de tout abandonner… Mais mon conjoint, ma fille de 7 ans, mais aussi mes parents et mes sœurs ont toujours été là pour m’encourager et me soutenir dans les mauvais moments.

Surtout, ce qu’il faut garder en mémoire tout au long de l’année, c’est que tous ces mauvais moments sont finalement dérisoires face à une satisfaction et une fierté d’aller jusqu’au bout et de réussir !

En savoir plus


Propos recueillis par Mathieu Jahnich, Octobre 2018