Vous êtes ici : Formation continue à l'UVSQFormation continueTémoignages

Sandrine SABLONNIÈRES : « le parcours bilan de compétences + VAE redonne confiance en soi, en sa valeur professionnelle et personnelle »

Sandrine SABLONNIÈRES, candidate en Bilan de Compétences et en Validation des Acquis de l'Expérience

Après 25 ans de carrière, Sandrine Sablonnières s’est engagée dans un bilan de compétences à l’UVSQ, véritable « temps de réflexion et d’introspection pour mieux aborder la suite de [son] parcours professionnel ». Elle a ensuite enchaîné avec une VAE pour décrocher en 2018 le diplôme de Master 2 Management des organisations de l'Institut supérieur de management de notre université et ainsi valoriser son savoir-faire.

Quel était votre parcours et votre situation professionnelle, avant de vous décider à réaliser un bilan de compétences à l’UVSQ ? Quelles ont été vos motivations ?

Entrée dans une entreprise de service il y a 25 ans, j’y ai connu un développement personnel et professionnel, matérialisé par des évolutions successives. L’entreprise renouvelle actuellement les profils de ses cadres et recherche des personnes plus diplômées. Le Bilan de compétences m’est donc apparu comme un moyen de poser un regard sur mon savoir-faire et de finalement faire le point sur moi-même en tant que professionnelle, mais aussi en tant qu’être humain. Et parce que j’ai rencontré une véritable équipe professionnelle, bienveillante, à l’écoute et sans complaisance, je me suis décidée à entamer un Bilan de Compétences, puis une VAE. L’intérêt c’est qu’il n’y avait pas de promesse fabuleuse, mais la garantie d’un temps de réflexion et d’introspection pour mieux aborder la suite de mon parcours professionnel.


Ce bilan de compétences a-t-il répondu à vos attentes ? Qu’en avez-vous tiré, à la fois sur un plan professionnel et personnel ?


Ce bilan a été extrêmement positif à plusieurs niveaux :
  1. Faire un bilan de mes compétences et savoir-faire métiers
  2. Prendre le temps d’une introspection personnelle
  3. Prendre du recul par rapport à une relation en déclin avec une société
Madame SECA a parfaitement su écouter, canaliser, et accompagner ce travail d’introspection, et si le travail demandé est conséquent, je dirai que le sérieux de l’approche et le pragmatisme de la méthode sont des atouts majeurs. Encore faut-il accepter de se « mettre à nu » pour comprendre sa relation au travail et accepter le regard bienveillant d’une professionnelle sur votre parcours et votre personnalité.
Par la suite, son expérience a été des plus utiles pour choisir quel diplôme envisager et comment m’y préparer.


Fin 2017, vous enchaînez avec une VAE sur un master 2 « management des organisations », toujours à l’UVSQ, dans notre Institut supérieur du management (ISM). Vous avez brillamment obtenu votre diplôme en octobre 2018. Que vous a apporté cette VAE ?

La VAE était une recommandation du Bilan de Compétences. Habituée à beaucoup travailler je n’avais jamais pris le temps de valoriser mes acquis. Une fois sur le marché du travail, vous vous retrouvez en compétition avec des personnes plus jeunes et plus diplômées.
Dans ce contexte, se faire conseiller sur la Bonne VAE était nécessaire : la encore la revue de mon CV par des professionnel m’a aiguillé vers le Master 2 Management des Organisations.
C’était un choix pertinent et j’ai adhéré à l’idée de prendre en main mon avenir en y travaillant. La somme de travail est vraiment conséquente et nécessite la encore une implication totale, de repasser par la Bibliothèque, de lire et s’imprégner de théories à mettre en relation avec sa propre pratique. La encore les accompagnants sont de qualité et sans concession sur la qualité de chaque épreuve fournie. Thème, plan, orthographe, qualité du travail et de la réflexion : tout y est passé au crible pour un rendu le plus qualitatif possible. Ça vous pousse, vous questionne, oblige à creuser tel ou tel point : c’est motivant et stimulant.
Le dépôt du dossier est une étape, la soutenance en est une seconde.
Outre la motivation, ce parcours Bilan de Compétences/VAE apporte énormément : à titre personnel, il redonne confiance en soi, en sa valeur professionnelle et personnelle, et permet d’être acteur de sa transition professionnelle.
Évidemment quand tout se termine positivement, c’est un grand bonheur, mais il m’apparait qu’une VAE apporte toujours son lot de questions et d’enseignement de soi.


Avez-vous des conseils à donner à d’autres personnes qui envisagent comme vous de réaliser un bilan de compétences et/ou de se lancer dans une démarche de validation des acquis de l’expérience ?

Je dirais que je n’ai qu’un regret : ne pas l’avoir fait avant. Pour poser les jalons diplômants au fur et à mesure de mon parcours. J’imaginais que c’était compliqué et hors de portée, or ce n’est pas le cas si on est très motivé et bien conseillé. Ce qui a été mon cas.
J’ai beaucoup appris de cette expérience extrêmement enrichissante, et outre un diplôme, j’ai aussi rencontré des personnes vraiment impliquées et humaines, dont l’unique intérêt (et c’est essentiel) était de me faire progresser dans une réflexion personnelle et professionnelle afin de valoriser mon savoir-faire.
Avec ce que je sais aujourd’hui, si je devais faire une autre VAE, je le ferai à l’UVSQ : c’est une université motivante et dynamique, avec des encadrants très challengeant, et ca vaut la peine de le faire. Pour soi.